jeudi 20 octobre 2016

Un jugement de divorce très parlant

J'ai dernièrement profité d'une visite aux Archives de Paris pour un client pour faire quelques recherches personnelles. Comme vous le savez sûrement, ce sont souvent les cordonniers qui sont les plus mal chaussés ;-)

Je vais vous parler du couple Louis Alphonse LIGNER / Marie BELA. Ils apparaissent à la génération 7 si on part de mes fils, pour moi ce sont mes AAA grands-parents.

Le couple Ligner/Béla
Recherches personnelles

En trouvant leur acte de mariage, en date du 17/12/1881 à Paris 20è, comme c'est le cas parfois, j'ai noté une mention de divorce, mais sans y prêter plus d'attention que cela, les divorces que je trouvais jusqu'ici dans les registres d'état civil étant très peu parlant. Mais cette fois, je me suis dis que j'allais le chercher, entre deux levées aux archives. Et bien m'en a pris, vu la découverte.

Dans le dit jugement de divorce devant le Tribunal de la Seine, en date du 31/12/1900, on en apprend de belles sur Marie BELA. Le divorce est demandé par le sieur LIGNER, qui n'en peux plus (et c'est peu dire) du comportement de son épouse. On le comprend facilement.

Je vous passe les formules juridiques du jugement, passons directement aux attendus. Le sieur LIGNER a des griefs contre son épouse, que le tribunal lui a demandé de prouver.

"Attendu qu'il résulte
des témoignages recueillis que la Dame Lignier s'enivrait journel-
lement et vendait tous les effets du ménage et jusqu'aux portes
du logement  pour acheter des boissons alcooliques ; attendu
que, sans menace de coups, elle envoyait chercher de l'alcool
par ses enfants ; attendu que la Dame Ligner se montrait
constamment en état d'ivresse manifeste sur la voie publique ;
que ces faits constituent au regard de Ligner des
injures graves de nature à justifier la demande de divorce ;
[...] attendu qu'il est dans l'intérêt
des enfants mineurs issus du mariage qu'ils soient confiés à
la garde et aux soins de leur père ; par ces motifs, prononce
le divorce d'entre les époux Ligner avec toutes les conséquences
de droit à la requête et au profit du mari"

Je n'ai pas trouvé (ou cherché, c'est selon) les décès du couple, mais je me demande ce qu'est devenue Marie BELA. Je cherche d'ailleurs aussi ses parents, non mariés à sa naissance, et alors que seul son père l'a reconnu et que la mère n'est pas présente au mariage et que sa fille ne semble plus avoir de nouvelles d'elle.

4 commentaires:

  1. Ce ne serait pas plutôt "sous menace de coups" ? (elle menace de coups ses enfants s'ils ne vont pas chercher de l'alcool).

    Pauvres enfants en tout cas, ça a dû être terrible comme vie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ça aurait pu sembler plus logique effectivement, mais la forme et le lié des lettres ne laissent pas de doute. C'est bien "sans menace".

      Supprimer
  2. Je me suis aussi posé la question, mais je sais que les professionnels n'écrivent pas à la légère !
    Faut-il pousser l'enquête au risque d'être déçu par ses ancêtres ? Ensuite accepter et ne pas porter de jugement. C'est Marie Bela qui est à plaindre, sa vie a dû être difficile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, surtout qu'elle a eu a priori une enfance difficile (pouvant peut-être expliquer certaines choses)

      Supprimer